Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
patrice.faubert.over-blog.com
Articles récents

Prison des déterminants et des automatisants

13 Juin 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

" Quand vous vous saisissez d'une tasse de café, le mouvement de chaque atome de votre main, de votre bras, de votre corps et de votre cerveau est entièrement régi par les lois de la physique. La vie n'est rien de moins que de la physique chorégraphiée. "
 
Jusqu'à la fin des temps de Brian Greene. ED: Flammarion
 
Tous les cas
De toute figure
Ont existé
Tous les cas
De figure
Existent
Tous les cas
De figure
Et qui du contraire se figurent
Existeront
Toutes les convenances
Toutes les inconvenances
Toutes les outrances
En toutes choses
En tous domaines
En toute perfection
En toute imperfection
Tous les systèmes politiques
Tous les systèmes philosophiques
Tous les systèmes scientifiques
Tous les ratages, essais, critiques
Toutes les sexualités
Tous les films, tous les livres
Toutes les sociétés et toutes les cultures
Toutes les ratures
Cela arrive déjà, quelque part
Cela est déjà arrivé, quelque part
Cela arrivera, quelque part
Avec tout ce que l'on ne peut
Encore concevoir
Avec tout ce que l'on ne peut
Encore imaginer ou prévoir !
Certes
Selon, chaque unicité
Certes
Selon, chaque singularité
Cette marotte
Qui me trotte
Qui me tirlipote
Ce que nous pensons
D'autres le pensent
Ce que nous faisons
D'autres le font
L'ont pensé, le penseront
L'on fait, le feront
Je voudrais une tranche de vie
De quelle époque ?
De quelle défroque ?
Au tout loufoque, j'en ris
Si tous les autres
Si toutes les autres
Qui sont en moi
Qui sont en toi
En nous
En vous
Et qui font la loi
En sortaient
Quelle foule, cela ferait !
Et cela fait du moi
Et cela fait du toi
Du vous, du nous
Du il, du elle, c'est fou
Avec la prison de toutes les prisons
La prison de notre engrammation
La prison de notre programmation
Et même le sachant
Et même le contrôlant
Comme une impossible évasion
Car, le tissu social
Car, le tissu culturel
Car, le tissu religieux
Car, le tissu idéologique
Car, le tissu écologique
C'est du transformé en tissu nerveux
Dans nos veines et dans nos artères
Depuis le ventre de la mère
Nous nous baignons dedans
Et c'est horrible à dire
Mais il faut oser l'écrire
De toute action, il faut l'acquittement
Se jouant de nous, l'excuse de l'inconscient
Avec une propension
Comme folioscope en possession
Dans toute sa dépossession
Flûte alors
Nous sommes, avons été, serons
Les personnages d'un livre
Des fictions du cinéma
Des créations imaginaires
D'anciens vivants, d'anciennes vivantes
D'anciens morts, d'anciennes mortes
Zut alors
Femmes, enfants, hommes
Nés ainsi, je ne sais combien de fois ?
Femmes, enfants, hommes
Morts et mortes, je ne sais combien de fois ?
Mais ouf
Mais plouf
Comme si cela n'était qu'une seule fois !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien
 

Lire la suite

Le satyre de la satire

6 Juin 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Des français, gestapistes
Comme sous Vichy, encore en piste
Plus français
Que les français
Traitant les autres comme des métèques
Eux-mêmes ont des noms de métèques
Sans doute des complexés
Sans doute des refoulés
Et au village de Zemmour
L'on ne fait jamais un four
Il y a même toute une cour
Avec des gardes du corps
Car on leur souhaite un mauvais sort
Sachant
Provoquer des colères politiques
Tellement est puissante leur débilité frénétique
Et puis
Aucun minus télévisuel
Toujours s'aplatissant, leur fait la part belle
Une balle
Une rafale
Pour ce qui ne vaut que dalle
Toute une extrême droite du capital
Qui se pavane, qui se régale
Avec des juifs
Contre les juifs
Avec des arabes
Contre les arabes
La télévision leur donne du rab
La petite bourgeoisie réactionnaire en raffole
Sa petite culotte s'y affriole
Sa mouille s'y colle
Toutes les propriétés s'y accolent
Avec leurs diplômes assermentés
En de la culture soumise et aveuglée !
Et quand, partout, trop d'imbéciles
Il finit par y avoir la guerre sociale, la guerre civile
Mais
L'armée et la police
Ont des armes, la force, la loi
Mais, les armées et les diverses polices
Alliées des droites, font peur, ma foi
Toujours du côté
Du fascisme
Du nazisme
Du libéralisme
De divers nationalismes
Et donc, du capitalisme
Et qui purent ainsi, liquider
Les anarchistes, les gauchistes, les communistes
Sans pour autant, devenir
Il le prouva, l'avenir
Des anarchistes, des gauchistes, des communistes
Donc
L'on pourrait liquider
Le fascisme
Le nazisme
Le stalinisme
Le libéralisme
Les divers nationalismes
Et donc, le capitalisme
Sans devenir pour autant
Car pour ce faire, les imitant
Des fascistes
Des nazis
Des staliniens
Des libéraux
Des divers nationalistes
Mais, l'on ne peut bâtir
Une société idéale et sociale
Sur des monceaux de cadavres
Et comme tout a été bâti
Sur des monceaux de cadavres
Tout est du cadavre !
Mais tout ceci
Est de la satire en raillerie
De la paraphysique satire
Car de toute politique, je suis le satyre !
Bref
De quoi, quand même, avoir de la haine
De quoi avoir de la peine
J'imagine une manifestation
De toutes les fausses contestations
Où tout le monde
En viendrait aux mains
Où tout le monde
Sortiraient les poings
Enfin
Quelle rigolade
Enfin
Quelle poilade
L'unité
De la fausse conscience
La fausse conscience
De l'unité
De ce monde répugnant
De ce monde fascisant
Je suis le dégoûté
Je suis l'inconsolé
Je suis le dégueulé
Comme et avec beaucoup d'autres
Contre toutes les menteries, encore quelques apôtres
Et à force de reptation
Toute une communion de l'acceptation
Partis et syndicats en collusion
Un monde génocidaire
Un monde réactionnaire
La vérité pendue à un réverbère
Avec nos têtes remplies de merde capitaliste
Quand même, tu exagères, merde, sale misanthrope anarchiste
Mais, tout ceci est de la satire
Car, de toute politique, je suis le satyre !

Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

 

 

 

 

Lire la suite

Logométrie logomachique

3 Juin 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Toute une logométrie
Avec sa fraction de logomachie
Propre à chaque idéologie
Propre à chaque religion
Avec leur propre logique
Avec leur propre déterminisme
La logométrie
Avec sa fraction de logomachie
Propre à toute dominance
Propre à toute hiérarchie
Avec des soucoupes volantes, ovnis
Projection de l'anthropométrie
L'imaginaire de l'anthropométrie
Anthropocentrisme en trou de souris
Car
Si les hommes les plus cruels font l'Histoire
Car
Si les femmes les plus cruelles font l'Histoire
Imposant, ainsi, ce qu'il faut croire
Imposant, ainsi, ce qu'il faut savoir
Tout s'étant fait et se faisant à leurs images
Quand seul importe la victoire
Quand seul importe le pouvoir
Et tout sur ce passage est au tout saccage
L'architecture
Des plus impitoyables
La culture
Des plus impitoyables
Le sport
Des plus impitoyables
Le divertissement
Des plus impitoyables
L'industrie
Des plus impitoyables
La technologie
Des plus impitoyables
Et dans chaque tête, de l'impitoyable !
Ainsi
Si feu ( 1881 - 1942 ) Stefan Zweig s'est suicidé
C'est qu'il avait trop bien compris
Qu'avoir permis le régime nazi
De tout un monde démissionnaire
Qu'après et de toutes façons
Elle ne serait plus jamais la même, la chanson
Ainsi
Si feu ( 1931 - 1989 ) Thomas Bernhard
Est mort à 58 ans d'une maladie
C'est que lui aussi, avait bien compris
Que l'Autriche était encore et toujours nazie
Et que le monde, le deviendrait aussi
D'une façon l'autre et petit à petit
Avec d'autres armes, quoique, les matraques font mal
Et ou avec des masques de carnaval
Chaque fascisme traitant l'autre de fascisme
Pas étonnant
Si tant de personnes
Sont comme mortes dans la vie
Pas étonnant
Si tant de personnes
Sont comme vivantes dans la mort
Et au fond
Tout est de la supercherie
Et au fond
Tout est de l'escroquerie
Et au fond
Tout est de la tromperie, de la vilenie
Vie de la mort
Mort de la vie
Le temps de l'extrême droite
Le temps de la pensée étroite
Des têtes comme des seaux vides
Que l'on remplit d'eaux crasseuses et livides !
Et dans ton berceau
Il y avait un piano
Et dans ton berceau
Ceci ou cela, la fabrique des idiots
Mais, alors
Il ne s'agit pas d'un sort
Et à la naissance
J'avais la même paye que mon patron
Se dit tout garçon
Sans être pour autant, fanfaron
Et selon chaque classe sociale
Et selon chaque catégorie sociale
Et selon chaque corporation ou caste
Comme si l'on avait signé un pacte
Préjugés, lieux communs, jugements de valeur
Chaque seconde, chaque minute, chaque heure
Et l'on vous fait croire à votre liberté
Pour mieux vous soumettre et vous exploiter
Pour mieux vous dominer
Pour mieux vous faire tout accepter
La liberté
Sait, qu'elle ne peut exister, la liberté
L'on ne choisit jamais rien
Car chaque être humain est un produit
De son milieu fini, de son environnement fini
De ses déterminismes sociaux infinis
De ses automatismes sociaux infinis
Et ne faisant que répéter
Et ne faisant qu'imiter
Et ne faisant que reproduire
Ce faisant, rien ne peut vraiment finir
Les religions, les idéologies, les croyances
Toute une engeance
Toute une vengeance
Conflits, guerres, massacres, génocides
Des coups d'Etat
Mais pas de révolution, voilà
De la révolte, mais vite réprimée, c'est bien cela
Assassinats, meurtres, tortures, homicides
Des individus aux sociétés, au tout putride
Quel beau monde, que voilà !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique : Anthropophonie, biophonie, géophonie, astrophonie

1 Juin 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Mes écrits
Sont nuls à chier
La fureur de ce qui nie
La rumeur des voix harpies
Mais d'autres le pensent aussi
Comme moi, parfois, c'est ainsi
Mais au moins, cela aura servi
Pour tous les constipés
Pour toutes les constipées
Qui devraient, pour cela, m'en féliciter
Mieux que les dragées Fuca
Avec moi, c'est radical, voilà
De toutes mes anacoluthes
Qui sont toujours en lutte
Oui
Je le sais
D'ailleurs, de ce que je ponds, rien ne me satisfait
Ce ne sont que des pets
Sans aucun présent
Puisqu'il n'existe pas, le présent
En physique, il est toujours absent
Car, même dans une seconde
Des tas et des tas de monde
Toute une imperceptible faconde
Du subliminal
Que l'inconscient enregistre sans mal
De ce que l'on pense ne pas avoir vu
De ce que l'on pense ne pas avoir entendu
Tout, ainsi, se joue de nous, fatal !
( bis ! ) Mes écrits
Sont nuls à chier
La fureur de ce qui nie
La rumeur des voix harpies
Mais d'autres le pensent aussi
Au moins, cela aura servi
Pour tous les constipés
Pour toutes les constipées
Mais, je n'attends aucun merci
Tant mieux ou tant pis
Et de bien des vilenies
L'invisibilité sociale peut bien protéger
De toutes les religions
Qui voudraient, sinon, vous lapider
De toutes les idéologies
Qui voudraient, sinon, vous lyncher
Comme de toutes les colonisations
En déni de toute restitution
De tous les vols, de toutes les spoliations
De bien des pays africains
Pillés, volés, des larcins sans fin
De France et d'ailleurs
Tous les musées menteurs
La plupart des objets exposés
Pour beaucoup, sont au tout volé
Et, s'il fallait tout restituer
Certains musées français seraient bien vidés
Car
Tant de musées, de faux, sont gorgés
Tant de musées, au tout volé, au tout pillé !
Avec des discours politiques
Avec des modèles du discours logique
Justifiant, ainsi, toute initiative
Ou, réfutant ainsi, toute initiative
Au moins
Pour paraphraser le savant
Primatologue, éthologue, ironisant
Frans de Waal ( né en 1948 ), toujours franc
Le chimpanzé est un politicien honnête
Lui, veut le pouvoir
Lui, au moins, le fait savoir
Car, l'homme politique humain
Lui, est un chimpanzé qui serait malhonnête
Qui dissimulerait sous un air bête
Toute une politique du truqué
Comme le football, Coupe du monde fascisé
1978, en Argentine, match Argentine-Pérou, truqué
Avec des militaires fascistes au pouvoir
Argentine 6, Pérou 0, vaste foire
Le monde entier prit pour une poire
Et, depuis toujours
Que le capital fait sa cour
En tous les domaines
C'est une même scène
Variants, mutants, de nouveaux mécènes
Avec dans l'entropie du monde et de sa folie
Anthropophonie, biophonie
Géophonie, astrophonie
Toute une cohésion du gâchis !
Rien, vraiment, ne se tarit
En tout, un même babillage
En tout, un même habillage
Et sous chaque habit, encore la rage
Comme les réseaux albanais de prostitution
Avec les pays de l'Est, le trottoir en institution
Traite des blanches, esclavage sexuel
Femmes vagins, la vie n'est pas belle
Femmes bouches, quand la vie est cruelle
Et alors
Pour être un peu retord
Un milliardième
De milliardième de milliardième de seconde
Après le Big Bang, et si l'on sonde
Gravité étirée répulsive, de l'espace
Inflation avant concentration
Inflation après expansion
De la désintégration
De l'évaporation
Toute une amoralité
De la construction des mondes
De la destruction des mondes
De façon naturelle
De façon artificielle
Hors toute moralité
Hors toute immoralité
Et mieux vaut
En toutes les choses et en tous les domaines
Trop douter que trop croire
En chaque matin et en chaque soir !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Les empires du pire

21 Mai 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Des jours d'extrême fatigue
Quand tout son psychisme intrigue
Et que des idées noires nous irriguent
Pas esbaudissant
Si maintenant
Il y a un ministère de la solitude
Au Japon, c'est comme une hébétude
Au Japon, c'est comme une habitude
Forcément
Subséquemment
Quand tout est organisé
Dans la productivité
Dans la compétitivité
Donc, dans la rivalité
Avec tant d'êtres humains isolés
Avec tant de personnes, d'elles-mêmes, expropriées
ADN humain
Aux trois milliards de lettres
Tous et toutes licenciés en lettres
Lettres modernes
Lettres classiques
L'art de préserver la santé en Grèce antique
Et aussi, par la suite, en Rome antique
Thermes et lieux d'aisance collectifs
Ablutions et tersorium
Pour s'essuyer le fessier en summum
Bactéries déjà envisagées, sans renier le festif
Mais tout ceci disparut au scolastique
Puis tout revint après le scolastique !
L'on ne parlait
Pas vraiment encore de pollution, il est vrai
Quand maintenant, avec notre industrie du vêtement
56 millions de tonnes par an
De la main-d'oeuvre en surexploitation
Des prix bas comme une inondation
De la mode jetable
Toute une industrie textile du misérable
Du désastre écologique non lavable
Avec tout un NEUROMARKETING
De la manipulation émotionnelle
De la stimulation émotionnelle
Des cerveaux, l'on fait les poubelles
Pour mieux faire acheter
Dopamine et zone de la récompense
Danse
De l'addiction fabriquée
Danse
De l'addiction contrôlée
Que l'on ne peut plus jeter
Dont l'on ne peut plus se passer
Pas
Comme le travail jetable
Pas
Comme le vêtement jetable
Au tout urbanisation
Au tout déforestation
Atomisation et extinction
Et voilà le temps des drones
Surveillance, livraison, ou autre, première marche du trône !
Drones coursiers du futur
Drones insectes du futur
Drones animaux du futur
Drones espions du futur
Drones objets du futur
Drones policiers ou drones militaires du futur
C'est déjà le cas, pour sûr
Finalement
Architectes, ingénieurs, techniciens
Et autres savants de toutes les horreurs
Tout un aérodynamisme revisité
Toute une aliénation améliorée
Mais aussi, pour nous faire rêver
Et dans la farine, nous faire rouler
Vents assistants
Propulsion solaire, des voiles de géants
Mais aussi dans le même temps
Comme finalement du même mouvement
Du fret maritime
Et c'est quatre vingt dix pour cent
De la marchandise qui transhume par cargos très grands
Le temps de déplacement
Le déplacement du temps
Mais tout nous consomme d'énergie
Mais tout tout assomme d'énergie
Ainsi, d'un Paris-Marseille en TGV
Comme un mois d'un four électrique
En moyenne utilisation et non fanatique
Et quand il n'y a plus que le pire
Il faut, forcément, se commettre avec le moins pire
Et, Inde, Chine, USA, Russie
Et tant d'autres pays aussi
Dans le pire, tant de nouveaux empires !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Le culte idolâtre de la virilité

15 Mai 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Le culte de la virilité
La virilité du culte
Avec toute sa vérité inculte
Prisons de France
96,3 pour cent d'hommes
Virilité des comportements
Virilité au tout violent
Et dès l'école cela s'apprend
Avec un coût socioéconomique évident
95,2 milliards d'euros par an
Cambriolages, fraudes, viols
Meurtres, agressions, escroqueries
Avec toute une diplomatie sécuritaire
Avec toute une diplomatie d'affaires
Coalescence des comportements du risque
Tout un apprentissage du cynique
" Là ou elle tombe, elle sème la mort "
Devise vraie des mousquetaires
De l'esprit de corps des mercenaires
La bombe de la virilité
La virilité de la bombe
Au service d'un Etat ou d'un royaume
La virilité et son éternel heaume
Des mousquetaires aux mercenaires
Services spéciaux des opérations militaires
De toutes époques, de la police politique
Troupes de choc, massacres, maintien ce l'ordre
Uniformes divers de la virilité, la dorveille du prétendu ordre
Comme des molécules aromatiques
Comme surtout des molécules soporifiques
La virilité de l'espace
La vérité de l'espace
Pour un kilogramme envoyé en orbite
20.000 dollars
Pour un kilogramme de blindage
20.000 dollars
Pour un kilogramme d'ordinateur
20.000 dollars
Pour un kilogramme d'humain
Encore et toujours des dollars
Et puis, air, eau, nourriture
Avec sur le système Terre toute sa déconfiture
Toute une virilité de la cruauté
Toute une virilité de la bêtise
Toute une virilité du gâchis
Toute société qui se base sur la virilité
Dans le meurtre, les exactions, les guerres
Dans la torture, dans la dictature, dans l'arbitraire
Dans les vols, dans les viols, dans les absurdités
Dans les injustices, dans le mépris, dans les inégalités
Et la pensée séparée pour se maintenir et se perpétuer
La virilité pas seulement des gros bras
Mais pour s'élever dans des hiérarchies, voilà
La virilité
De la compétition
La compétition
De la virilité
La virilité du sexisme
Le sexisme de la virilité
Car la femme, hélas, peut aussi la singer
La virilité de la hiérarchie
La hiérarchie de la virilité
La virilité
Pour faire la guerre
La guerre
Pour faire la virilité
La virilité
Pour semer la misère
La virilité
Des inégalités des salaires
Entre hommes et femmes
Entre hommes et hommes
Entre femmes et femmes
La virilité
Pour pouvoir exister
La virilité
De tous les meurtres
De tous les féminicides
De tous les assassinats
De tous les trépas
L'école de la virilité
Le lycée de la virilité
L'université de la virilité
La faculté de la virilité
L'administration de la virilité
Le sport de la virilité
Les gouvernements de la virilité
Toutes les maladies de la virilité
Pour un monde
Sans aucune virilité
Pour en finir
Avec toute virilité
Pour partager sans virilité
Pour s'aimer sans virilité
Pour se défaire de toute rivalité
Que naisse enfin un monde libéré
De toutes nos mentalités occupées
Des besoins artificiels de la publicité
De toute une engrammation de débilité virilité
Pour que naisse enfin une autre société !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Boycotter les faux boycotts

11 Mai 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Boycotter
Tous les faux boycotts
Comme le football mondial au Qatar
Foutage de gueule, qui en a marre
Des stades en construction
Déjà, au moins, 6500 travailleurs migrants
Exploités, humiliés, ignorés, accidentés, et surtout tués
J'ose y mettre mon grain de sel
J'ose y mettre un peu de fiel
Mais, il y a, nonobstant
Un milliard de milliards d'atomes
Dans un grain de sel, en rogomme
Aux chiottes les jeux olynfrics
Aux chiottes le football du fric
En fait, il faudrait quasiment tout boycotter
De toute une injustice fabriquée
De tant de vices encensés
De la douleur, de la souffrance, du gâché, au tout planifié
Et tout en solitude
Déjà, au Japon, un ministère de la solitude
De cette organisation du monde, pour personne, aucune quiétude
De la fausse vie programmée, au tout cadavre
Rien, en ce domaine, de paix, n'est un havre
Et si le capital le pouvait
Sans aucun doute, il n'hésiterait
Jeux olynfrics d'hiver à Saint-Tropez
Mais là, un principe de réalité
Quoique... Ailleurs, cela a pu se réaliser
Et si tout est un langage
Devenant casus belli pour tout bagage
Avec des capteurs proprioceptifs
Conditionnés et engrammés par la société en son émotif
Des pieds, des mains, de tout organe
Qui enfourcherait sa bécane
Boucle sensorimotrice  comme canne
Avec toute une fausse mobilité
De toute une vraie immobilité
Un pas en avant
D'une période révolutionnaire
Trois pas en arrière
D'une période réactionnaire
Et tout est comme des monceaux de cadavres
De toutes les guerres
Travaux délétères
Tous les bas salaires
Aujourd'hui, demain, hier
L'on voudrait construire une nouvelle société ?
L'on voudrait, rénover, moderniser ?
Des horreurs, faire une réjouissante présentabilité
Malgré
Calcul en trois minutes
De l'ordinateur quantique
Calcul en 10.000 ans et même plus longtemps
De l'ordinateur classique
Car
L'atome du 99 pour cent de vide
Ne se fait jamais de bile
Mais à chaque escalier, chaque niveau d'organisation
Tout est différent
Mais tout se succédant et se complétant
Atomes, molécules, cellules, mitochondries, organes, les fonctions
Individus, sociétés, régions, nations
Matériaux nanoporeux
La technophilie de cerveaux peureux !
Car l'énergie naturelle
Sera toujours la plus belle
Ainsi, des insectes aquatiques en France
230 espèces environ, le contraire d'une évidence
Tout un habitus
De la toile cosmique en érectus
Filaments de gaz, galaxies
Du très grand et du très petit
De la lumière du filament, nous voici
Cinquante à soixante pour cent de notre univers
Mais avec notre ignorance, très vite, tout s'infirme, tout à revers
Chevaux de Troie, navires métaphoriques
Chevaux de mer, de l'homérique au numérique
Machines de guerre
Entités de guerre
Aujourd'hui, demain, hier
Mais, durée infinie des temps, la durée espère
Un milliard de micro-organismes
Dans un litre d'eau de mer
Phytorestauration en mimétisme
Utilisation en écologisation
De la technologisation
Phages contre bactéries
Bactéries contre phages
Entités biologiques
Contre la résistance aux antibiotiques
Avec de la phagothérapie
Parfois, associée, de l'antibiothérapie
Et chaque époque avec ses pandémies
Poux, puces, saleté, insalubrité, du passé
Syphilis, lèpre, peste, choléra, typhus, de l'oublié
Promiscuité, de très jadis, bains publics
Orgies publiques, du très lointain, toute une arithmétique
Avec donc des maladies propres à chaque temps
Et de temps en temps, comme un fantomatique revenant
Quand revoilà, de l'isolement, du confinement
Passé, futur, présent !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Proprioception réelle ou irréelle

4 Mai 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Une médecine
Que l'argent rend agnosique
Puisque tout est objectalisé
Avec toute possible empathie, effacée car effarée
Une médecine de respect infini
Devrait être astronome de l'esprit
De chaque être humain
Vision globale et cinématique
Du neural et de son destin
Lorsque aucun détail n'est vain
Et il y eut en neurologie
Humaniste, observateur d'empathie
Ce plus que médecin
Feu ( 1933 -2015 ) Oliver Wolf Sacks
Fragile, solide, de la porcelaine de saxe
De l'expérience de la conscience
De la conscience de l'expérience
Chimie de la psychologie
Psychologie de la chimie
Habitus biologique
Habitus sociologique
De toute réalité
De toute perception
Avec les adventices
Herbes folles du cerveau, éditrices
Donc, perception de la réalité
Donc, la réalité de la perception
Telles sont les questions !
Ainsi
Des musulmans en Allemagne
Perception des gens
21 pour cent
Réalité
5 pour cent
Ainsi
Des musulmans en Belgique
Perception des gens
23 pour cent
Réalité
7 pour cent
Ainsi
Des musulmans en France
Perception des gens
31 pour cent
Réalité
7,5 pour cent
Et tout est comme cela
La perception nous trompant, voilà
Toute une proprioception
De la proprioception physiologique
De la proprioception sociologique
Et qui sait ?
Et qui le sait ?
Jusqu'au ressenti historique
Jusqu'au ressenti politique
Ce qui est dit, ou su, en réalité
Ce qui n'est pas dit ou pas su, en irréalité
Réalité de l'irréalité
Irréalité de la réalité !
De l'Histoire en rétention
De l'Histoire en prison
Comme avec Rosa Parks
Car neuf mois après Claudette Colvin
Qui, le 2 mars 1955, à 15 ans, dans un autobus
Refusa, à une femme blanche, de laisser son siège
Et c'est Parks qui en eut le bonus
L'une fut fêtée
L'autre fut oubliée
Bien souvent, en tous les domaines
La justice a bien mauvaise haleine
Et l'on peut circonscrire, partout, le même phénomène
Ainsi, du boxeur danseur, fêtard
Panama Al Brown ( 1902 - 1951 ) puncheur rare
Dandy des poids coqs et des poids mouches
Champion du monde qui ne fit pas souche
Qui ne put pas, au bon moment, botter en touche
Car les poings sont comme des larmes
Face, et en rapport, à toute arme
Ainsi, de la bataille des Thermopyles
Mais, là, à face ou pile
480 avant notre ère
Comme la bataille de Camerone, l'on ne peut s'en défaire
Donc, environ 300 spartiates hoplites
En première ligne, du sacrifice d'une élite
Certes, soutien arrière, milliers de grecs unis
Certes, l'on avait consulté, avant, la pythie
Mais en face, Xerxès 1er, 100.000 soldats
Et qui ne firent aucune grâce, c'est bien cela !
Avec un passage étroit, pour bloquer le surnombre
Pour finalement, après des trahisons, périr sous le nombre
Mais, pendant trois jours, en résistant, et à un contre trois cents
Les spartiates tinrent le goulet d'étranglement
Mais la guerre n'est jamais la démocratie
Sinon une démocratie de la guerre
Et quand elle naquit
Trop souvent, on l'oublie
Athènes
Sauf pour les femmes
Sauf pour les esclaves
Sauf pour les étrangers
Finalement, un peu, encore, comme aujourd'hui
Il ne peut y avoir
Il ne pourrait y avoir
Mais personne ne peut le croire
Mais personne ne veut le croire
Que l'anarchie comme vraie démocratie !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

Paraphysique du ministère de la solitude

1 Mai 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

Un ministère de la solitude
Au Japon, solitude dans la multitude
Dans d'autres pays, on l'élude
Mais
L'isolement, c'est surtout, et aussi
Dans des idées marginales
Hors des idées du capital
Mais ( bis )
La solitude, c'est surtout, et aussi
Dans des idées marginales
Hors des idées du capital
Avec des colères
En homicide
Avec des colères
En suicide
Vivre tout seul
Certes, le monde entier est seul
Toute une absurdité qui meule
De quoi en vouloir au capitalocide
Et l'on ne se suicide pas, en vérité
C'est la société qui nous suicide, sinistre réalité
En nous isolant
En nous solitudisant
En nous autosuffisant
Donc, en nous technologisant
De la frustration, de la dépression
Du cosmisme et du bruitisme
Suspension de l'incrédulité !
Adultes, jeunes, vieux, vieilles, enfants
Méprisés, maltraités, ignorés, violés
Au tout reproduisant
Des déterminismes rebaptisés déterminants
Toute maltraitance sachant
Se reproduire, hélas, trop souvent
Guerres, des agressions, des dictatures
De la malfaisance, toute une confiture
France
3,5 millions de personnes
Qui furent abusées sexuellement
Avec huit fois sur dix, terrifiant
La famille, et l'agresseur, le défendant
Honte, culpabilité, silence
Du TOC, suicide, pour la victime de l'assaillant
Tout ceci en très lacunaire
Tant l'on érode la personne victimaire
Pas seulement en agriculture
Que l'on pratique la monoculture
Mécanisation de la pratique
Pratique de la mécanisation
Peu de biodiversité
Peu de multiculturalité
De la forêt massacrée
Résineux au lieu de feuillus
Du cerveau conditionné
Conditionné pour croire en sa liberté !
Tout un monde
De militarisation
Toute une militarisation
Du monde
De la Terre à l'espace
De l'espace à la Terre
Satellites et drones
Toute une vision qui trône
Vision économique
De la forêt
Vision économique
De l'école
Vision économique
Des médias
Vision économique
De la politique
Vision économique
Des rapports humains et des rapports sociaux
Vision économique
Confinement, déconfinement, reconfinement
Confinement sans confinement
Vision économique
De l'amour, de l'amitié
Vision économique
Du sexe et de la vie confisquée
De quoi se suicider
De quoi tout faire sauter
Alors que :
" Women Wage Peace "
Si toutes les femmes du monde
Donc
Refusaient de faire des enfants
Si
Cela est, pour plus tard, comme un aimant
Pour finalement les envoyer à la guerre
Les faire zigouiller pour des lobbys et des chimères
Voilà bien tout patriotisme
Voilà bien tout nationalisme
Voilà bien tout irrationalisme
Comme pour la conquête spatiale
Forcément, quand sur Terre, l'on vit si mal
Avec un coût peu spectacularisé, fatal
Cinquante euros par américain
Quarante euros par français
Toute une inutilité
Toute une débilité
Toute une monstruosité
En conséquence de toute une inhumanité
C'est sur la Terre que l'on vit
Et puis, pour rêver, la physique théorique, suffit
Par ailleurs, c'est ainsi
Avec toute une hypoxémie sociale
Services publics détruits par le capital
Et il en est où l'hôpital ?
Avec ainsi, la sidération
De tant de gens et par millions !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite

La foi ou l'angoisse

20 Avril 2021 , Rédigé par Patrice Faubert

La foi ou l'angoisse
L'angoisse ou la foi
Toute religion
En tranquillisant naturel
Toute idéologie
En tranquillisant naturel
Toute croyance
En tranquillisant naturel
Tout espoir
En tranquillisant naturel
Du sexe
En tranquillisant naturel
Des caresses, des câlins, des massages, de l'orgasme
En tranquillisant naturel
Toujours mieux
Que le tout artificiel
Du médicament ou du faux septième ciel
Et toute étiquette
Nous fige et nous salit
Et toute étiquette
Nous falsifie et nous pétrifie
Car nous devenons cette étiquette
Elle nous traque comme une bête
Plus moyen de s'en sortir
Plus moyen d'en finir
En religion, en idéologie
En croyance, en philosophie
Avec toute étiquette, il faudrait en finir !
Plus aucune étiquette, l'anarchie d'une société parfaite
Tout ce que l'on a raté, c'est bien bête
L'organisation des choses par elles-mêmes
Quand tout le monde, vraiment, la bienveillance qui s'aime
Et donc
Avec les tranquillisants
De la section artificielle
De la télévision
De la radio
Du numérique
De la messe
De l'alcool
De la cigarette
De la drogue
De l'écriture
De la lecture
Du sport
Du travail
Et donc
Avec les tranquillisants
De la section naturelle
Le sexe
Le bronzage
La randonnée
La marche à pied
La réflexion
Avec des variants
Avec des mutants
Mais je suis d'outre- temps
Et pour très peu, je suis un signifiant
Et puis, tout doit être rangé
Et puis, tout doit être classifié et déclassifié
Et puis, tout doit être mesuré, comparé, habilité
Et puis, tout doit être cloné et formaté
Rendant risible toute unicité
Rendant puérile toute plasticité
Car tout doit être normalisé !
La foi ou l'angoisse
L'espoir ou l'angoisse
L'idéologie ou l'angoisse
Calmer la poisse
Calmer l'angoisse
Une religion ou l'angoisse
Il faut atténuer, diminuer
Toutes les dépressions, toutes les anxiétés
La fuite de tout le réifié
La fuite de tout le sublimé
La fuite de tout l'obsédé
Pour ne pas se suicider
Pour ne pas sombrer
Chacun, chacune, dans sa propre prison
Sans plus aucune vraie relation
Avec ou sans confinement, c'est la même situation
De la télévision en substitution
De la radio en substitution
De la culture en substitution
Avec toute une massification
Massification, certes, en érudition
Mais de toute fuite libératrice
Le suicide réussi est la fuite la plus libératrice
Ou alors, il faut aller jusqu'au bout de la farce
Inutile pour cela, de se rendre sur Mars
L'angoisse, l'anxiété, la dépression, la foi
Une foi, une angoisse, une dépression, une anxiété
Foi laïque, foi religieuse
Foi athée, foi superstitieuse
Quand vivre est devenu un dur métier
Rien que pour cela, il faudrait être payé !
 
Patrice Faubert ( 2021 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>